En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Actualités

PIC Jus de pomme des STA

Par Marie-Pierre GAILLARD, publié le lundi 27 novembre 2017 14:23 - Mis à jour le lundi 27 novembre 2017 14:23

Publié le 25/11/2017 Du jus de pommes à l'ancienne au lycée de La Roque

Aurélie et Claire alimentent le broyeur de Robert Sol, tandis que Michel Granier s'occupe de la presse.

Avec la participation de Variétés locales 12, des élèves du lycée agricole de La Roque ont produit près de 150 litres de jus de pommes, hier, de manière artisanale. Pour la bonne cause.

Les gestes de Robert Sol et de Michel Granier sont sûrs. Les deux amis, bénévoles au sein de l'association Variétés locales 12, sont venus, hier, au lycée agricole de La Roque avec le matériel nécessaire pour la fabrication de jus de pommes, façon artisanale. «C'est intéressant de voir des jeunes motivés qui veulent prendre la suite», s'enthousiasme Michel Granier. Les deux amis ont été invités par trois élèves en BTS science et technologie des aliments (STA), Joanna, Claire et Aurélie, dans le cadre d'un projet d'initiative et de communication (PIC). Le but de cette journée était de sensibiliser la jeune génération, le futur de l'agriculture, à la protection de l'environnement et à la biodiversité. «Il y a quelques années, les agriculteurs coupaient les branches du bas d'un pommier pour que les vaches ne s'étouffent pas avec les fruits. Aujourd'hui, ils coupent tout l'arbre», alerte Aurélie. Pour revenir aux anciennes méthodes, rien de mieux qu'un pressoir artisanal pour sensibiliser le public

.Une journée sans pépins

Les bénévoles de l'association sont arrivés vers 9 heures avec leur pressoir mobile. De leur côté, les étudiantes avaient commandé 300 kg de pommes. «On a déjà travaillé dans leur atelier de Salles-la-Source lorsque nous avons ramassé des pommes anciennes dans des verges mais les fruits n'auraient pas tenu jusqu'à aujourd'hui», explique Aurélie. Les pommes sont dans un premier temps broyées avant d'être pressées dans des toiles de jute. «Chaque pressée fait 50 kg pour 25 litres de jus», rapporte Robert Sol. Le jus récolté est ensuite pasteurisé pendant 15 minutes à 75 degrés. Il faudra autant de temps au petit groupe pour la mise en bouteille. «Le premier jus est toujours plus foncé et on ne sait toujours pas l'expliquer», plaisante Michel Granier avec les élèves. Les restes sont collectés pour être transportés dans une ferme pour la méthanisation.


 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe