Historique de La Roque

Historique du lycée de La Roque

 

Le Lycée de La Roque a connu deux grandes phases dans son histoire, la première en tant que lycée privé avant 1977 et la seconde en tant que lycée public à partir de cette même date.

 

I - De 1912 à 1977 : lycée privé

 

1912 : Ouverture d'une école d'agriculture sur le domaine de Montagnac

 

1921 : Achat de la ferme et des bâtiments de l'école de Montagnac,par le Syndicat Agricole de l'Aveyron et la Société d'Agriculture, pour créer l'Ecole d'Agriculture.

 

1929 : Un contrat est passé avec l'Administration Ecclésiastique du Diocèse de Rodez, celle- ci doit fournir le personnel de direction et d'administration de l'école et de l'exploitation. La Société d'Agriculture garde toutefois le contrôle des programmes, des jurys d'examens et des diplômes.

 

1952 : Agrandissement des salles de cours et des dortoirs

 

1964 : L'école propose les formations de seconde, première, terminale BTA et D'

 

1965 : Agrandissement des dortoir, de la cuisine, du réfectoire et de l'infirmerie. De nouvelles formations sont proposées: BPA, BEA, BATA.

 

1968 : Le contrat avec l'Administration Ecclésiastique est résilié, l'Ecole est totalement reprise en charge par le Syndicat Agricole de l'Aveyron. Une nouvelle formation fait son apparition: le BAA

 

1970 : Mise en place du Brevet de Technicien Supérieur option « Production Animales ». Agrandissement des laboratoires de biologie animale-végétale et de chimie.

 

 

 

II - De 1977 à nos jours: lycée public

 

 

1977 : Création du Lycée Agricole de LA ROQUE

Les formations désormais proposées sont:

- Le baccalauréat D'

- B.T.A. Général

- B.T.S. « Productions Animales »

 

1988 : Mise en place du B.T.S « Industries Agro-Alimentaires »

 

1990 : Création du C.F.P.P.A

 

1993 : Mise en place du B.T.S « Anabiotec »

Transformation :

- du bac D' en Bac S

- du BTA Général en Bac technologique STAE

 

 

Version longue ci dessous :

Une version courte est disponible ici !

 

Sommaire

 

 

Ø      Les Bringuier, propriétaires des terres de La Roque en 1374

Ø      Les Guitard, propriétaires des terres de La Roque en 1407

 

Ø      Les Latieule : une grande et prestigieuse famille de La Roque de 1642 à 1737

Ø      Les De Cabrières, propriétaires des terres de La Roque de 1737 à 1838

Ø      La famille Bastide : propriétaires des terres de La Roque dès 1838

Ø      Les Nicolas, propriétaires du domaine de La Roque de 1896 à 1921

Ø      L’école d’agriculture de La Roque de 1921 à 1977

Ø      La Roque de 1977 à aujourd’hui

 

 

 

 

LES BRINGUIER : PROPRIÉTAIRES DES TERRES DE LA ROQUE EN 1374

 

 

Le 6 Février 1374, un oncle (Jean Cluzel) de la famille des Bringuier leur donne un champ « aux appartenances du village de La Roque »

 

En 1392, Raymond De Cahuzac (tenancier) et sa femme, vivant au Mas de La Borie Des Guitard ont vendu un champ de 32 ares à Jean Molinier, cordonnier à Rodez.

La Roque s’appelant alors Mas de La Borie des Guitard, est vendu par R. Cahuzac et sa femme à J. Molinier, le jeune cordonnier de la cité de Rodez.

 

En 1520, a La Roque, c’était une borie maintenant c’est un village !!!

 

Revenir au sommaire

LES GUITARD : PROPRIÉTAIRES DES TERRES DE LA ROQUE EN 1407

 

 

Une bataille juridique est faîte contre la famille Cluzel pour la propriété d’un pré situé à LA ROQUE.

En 1407, Madame Bodera fait une reconnaissance comme quoi la terre est bien a Monsieur Cluzel, celle-ci le sachant bien vu qu’elle a succédé aux Guitard.

La famille Cluzel confirme son droit à la propriété grâce au soutien de Maître Rigaldi, notaire de Rodez.

Suite à leurs affaires financières, les Guitard décidèrent de quitter Rodez pour se réfugier au château de Taurines.

 

Revenir au sommaire

 

LES LATIEULE : UNE GRANDE ET PRESTIGIEUSE FAMILLE DE LA ROQUE DE 1642 A 1737

 

 

Le 15 Mai 1649 a lieu un bail au sujet du pré de la Borie de l’Escaldat (signifie en occitan endroit brûlé), aujourd’hui appelé La Roque.

En 1650, acte de vente à la Borie de l’Escaldat par Pierre Latieule d’un champ appelé « Rame ».

Par la suite, le 27 Juillet 1651, contrat de fermage d’un pré de Maître Cossergues. Ce pré autrefois, appartenait à la Borie qui fût possédée par Monsieur Cossergues, marchand de Rodez.

Tentative d’agrandissement du domaine de La Borie de l’Escaldat. En effet, le 24 Juillet 1654, Pierre Latieule achète une parcelle pour 60 livres (cette parcelle s’appelle le pré de Grange).

Le 23 Juin 1655, extrait du contrat de vente du pré Protécute par Jean de Parayre.

Le 26 Avril 1660, Pierre Latieule meurt, il y a saisie de la ferme à la demande de Jean de Parayre.

Le 3 Juin 1662, contrat de vente ou d’hypothèque sur un pré de La Borie.

En 1708, La Borie de l’Escaldat est louée par la veuve de Jean de Parayre.

En 1735, La Roque dépend du Comte de Rodez.

La famille Latieule a marqué son passage sur le site de La Roque dans un premier temps par ses déboires juridiques (affaires diverses) et dans un second temps par sa préoccupation de l’agrandissement de la ferme. Cependant malgré cela leur histoire se termina par la vente de l’exploitation pour causes financières.

 

 

Revenir au sommaire

 

 

LES DE CABRIÉRES : PROPRIÉTAIRES DES TERRES DE LA ROQUE DE 1737 A 1838

 

 

En 1737, Jean Claude De Cabrière a acheté le domaine de La Roque.

Entre 1771 et 1786, des constructions et des aménagements furent faits. Notamment la construction de la maison centrale et des ailes, mais aussi la tour centrale et des granges. En ce qui concerne les aménagements, il y eut des plantations principalement d’arbres fruitiers (poiriers, pêchers, pommiers), une pépinière, des allées de plantes, des arbres (frênes, ormes, saules, tilleuls), l’aménagement des jardins et terrasses avec le lierre. Il fut aussi construit des viviers, la réserve de poissons près de l’étang, les murs en pierres sèches et des citernes. Les De Cabrière laissèrent leurs traces sur le site de La Roque grâce aux armes représentées sur le portail de la cour intérieure Nord, elles représentent 2 gueules (rouges) à la chèvre saillante d’or (jaune).

La famille De Cabrière fut le propriétaire du site de La Roque durant la période de 1737 à 1838. Ils apportèrent des modifications du point de vue des bâtiments, des aménagements, des plantations… Certains membres de cette famille furent importants, en effet le dénommé Jean-François De Cabrière fut conseiller de la préfecture, secrétaire du conseil général du département… Ils eurent une grande importance dans le monde agricole à leur époque.

 

 

 

Revenir au sommaire

LA FAMILLE BASTIDES : PROPRIÉTAIRES DES TERRES DE LA ROQUE DES 1838

 

 

C’est Alexandre Joseph Bastide, propriétaire à Dalmayrac, commune de Rodelle, qui nous introduit dans le domaine de La Roque en 1838. Cette famille y sera présente jusqu’en 1870 et la ferme a une surface de 71ha 68ares 24ca. Le domaine sera vendu pour partie en 1873 à M. Nicolas.

Nous savons que Monsieur De Cabrière a vendu l’entier domaine de La Roque à M. Alexandre Bastide (acte de vente du 10 Août 1838), la vente s’est faite au prix de 11 000€. Peu après le décès de M. Alexandre Bastide, son fils, seul héritier du domaine de La Roque, fit vente du site en 1873.

 

 

Revenir au sommaire

 

LES NICOLAS : PROPRIÉTAIRES DES TERRES DE LA ROQUE DE 1896 A 1921

 

 

Cette famille d’industriels avait une activité au niveau d’une verrerie et exploitait la ferme de La Roque où elle stockait le verre. Les domestiques du domaine participaient également aux transports de verre, de la verrerie jusqu’à La Roque, où il était stocké.

Le transport était effectué à l’aide de charrettes tirées par des chevaux.

Mr CAYSSIALS, bouvier du domaine s’occupait des bœufs, faisait les labours sur le site de La Roque.

Un des faits marquants de cette époque fût l’arrivée du chemin de fer qui traversait les terres de la ferme. Par la suite son trajet a été modifié.

 

 

Revenir au sommaire

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ÉCOLE D’AGRICULTURE DE LA ROQUE DE 1921 A 1977

 

 

Après la guerre de 1914-1918, la ferme de Montagnac est jugée trop éloignée de Rodez. A ce moment là, la ferme de La Roque est mise en vente par leur propriétaire, la famille des Nicolas. La ferme qui comprend 40 ha de terrain et des bâtiments est achetée par le Syndicat Agricole et Société Agricole. L’école est alors créée. Le directeur Monsieur Ferrière est nommé en 1921. C’est une école privée qui dépend de la Société Centrale d’Agriculture de l’Aveyron. Le dimanche avait lieu une messe, un prêtre venait une heure par semaine réfléchir avec les élèves.

En 1927, un incendie ravagea toute l’aile Est. Les bâtiments sont reconstruits en 1929. La rentrée s’effectue à Toussaint et la sortie à la fin du mois de Mai. La formation se faisait sur 2 ans. Les programmes étaient mis en place par les professeurs. Après le repas de midi, il y avait des activités de travaux pratiques de forge, de menuiserie, de rucher, sur les arbres fruitiers, de ramassage des cailloux…

 

Cette méthodes d’enseignement se poursuivit jusqu’à la guerre de 1939-1945. L’école comprenait un effectif de 50 élèves en première année mais moins de la moitié (environ 20) poursuivaient leurs études en seconde année. Parmi ces élèves il n’y avait aucune fille.

En 1948, Monsieur Pernette, professeur d’Agronomie engagé après l’incendie prend sa retraite. Il est remplacé par Monsieur Dupont qui arrive d’Angers. Monsieur Deltor, après avoir suivi une formation d’agronomie à Purpan est nommé aumônier à La Roque. Pour encadrer les 39 élèves de l’époque, 3 personnes sont nécessaires. Les programmes sont plus développés et plus étoffés notamment avec l’introduction de la Sociologie, de l’économie et du droit.

En 1953, l’école est reconnue officiellement comme centre d’apprentissage et prépare les diplômes officiels B.A.A (Brevet d’Apprentissage Agricole) et B.P.A (Brevet Professionnel Agricole). L’emploi du temps comprend une heure d’observation communale (étude du relief, sous-sol, climat) ainsi qu’une heure trente de travaux pratiques pour toutes les matières. En 1968, La Roque devient mixte et prépare les élèves au Brevet de Technicien Agricole.

En 1969, le brevet de technicien supérieur en productions animales est mis en place. Le lycée compte 330 élèves.

En 1973, La Roque est en faillite. Le 9 Juin 1973, la décision est prise de passer au public. Le Crédit Agricole renfloue les caisses mais récupère des terres appartenant au Syndicat Agricole. De 1973 à 1975, La Roque vit une période difficile avec de nombreuses grèves. La Roque devient officiellement lycée public agricole en 1977.

 

 

 

 

Revenir au sommaire

 

 

LA ROQUE DE 1977 A AUJOURD’HUI

 

 

En 34 ans, le lycée a changé de visage. En effet, de nombreux bâtiments ont été construits, de nouvelles activités sont proposées aux élèves et les programmes enseignés ont fortement évolué.

Les classes scientifiques appelées « S » étaient appelées « D’ ». De même, les classes de « STAV » actuelles étaient nommées « BTAG ».

En 1977, l’internat était vétuste. Les chambres étaient des dortoirs, on n’y trouvait pas de douches, et leurs lavabos étaient composés d’un simple bac et d’un tuyau d’eau.

L’établissement était à l’origine géré par le syndicat des exploitants agricoles et son personnel se trouvait sous contrat reconductible d’une année sur l’autre.

A la rentrée 1977, le lycée comprenait 180 élèves répartis dans 2 classes de seconde, 2 classes de première (BGTA), 2 classes de terminale ainsi que 2 classes de BTS PA et une classe de BEPA. A cette année, le lycée se composait d’un bâtiment central et de 2 ailes Est et Ouest. Elles comprenaient les salles de cours, les dortoirs, les cuisines, le réfectoire, l’infirmerie et 3 laboratoires. En 1984, ouverture d’une troisième classe de seconde.

 

L’augmentation des effectifs a contribuée à la construction de nouveaux bâtiments (salle de cours pour les secondes et les terminales, l’aile des préfabriqués : salles de classe des premières et la réfection de l’aile scolaire). Par la suite, à la rentrée 1989, une autre filière apparaît : celle du BTS IAA ; ce qui provoqua entre 1990 et 1992 la construction du self, de l’administration et du bloc BTS.

Puis, en 1993, c’est l’ouverture du BTS Anabiotech.

Aujourd’hui en 2011, La Roque comprend 3 BTS (PA, IAA et Anabiotech) ainsi qu’un enseignement scientifique (bac S) et agricole (bac STAV). C’est un lycée moderne qui compte plusieurs types de productions comme les ovins, les vaches laitières (50 Prim’Holstein) et un troupeau allaitant (20 Aubracs).

Cet établissement comprend plus d’une centaine d’hectares de SAU. En effet, le parcellaire de La Roque est divisé en 3 parties. Tout d’abord, nous trouvons les terres de Sainte Marie qui sont exploitées par le lycée, tout comme les terres du site de Combelles, la superficie totale des terres est de 104,45 hectares dont environ 100 hectares de cultivables. Pour le site de Combelles, la superficie atteint 48,12 hectares de terres à cultiver. Ensuite, nous trouvons les terres situées autour du lycée, pour une superficie de 45,25 hectares, avec sur toutes ces terres des cultures appropriées au type de sol, et qui évolue sans cesse grâce à une bonne exploitation, de la part des agriculteurs qui décident de la meilleure culture à implanter sur ces parcelles. Toutes ces terres n’appartiennent pas au lycée mais à des particuliers, par exemple les terres situées autour des bâtiments de La Roque appartiennent au Crédit Agricole.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Revenir au sommaire

 

 

 

Historique réalisé par 4 BTS 2 Productions Animales dans le cadre d'un PIC

 

 

 

Modifier le commentaire 

par admin laroque le 30 mai 2013 à 16:21

haut de page