En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Mathématiques

Sarrus mathématicien aveyronnais

Par Martine DECEMBRE, publié le mardi 13 mars 2018 21:50 - Mis à jour le mardi 13 mars 2018 21:52

 

 

 

             Pierre-Frédéric Sarrus est un mathématicien français du XIXè siècle.  Il est originaire de Saint-Affrique.

Si sa scolarité n'est pas spécialement brillante, il est intéressé par les mathématiques et la médecine. Il entre alors à la faculté des sciences, apparemment moins regardante, et il y obtient un doctorat de mathématiques en 1821, puis l'agrégation un an plus tard.

Les recherches de Sarrus concernent essentiellement le calcul des variations, la mécanique des pièces articulées, la théorie des équations. S'ils sont de très bon niveau (un de ses mémoires sur le calcul des variations reçoit notamment le grand Prix de l'Académie des Sciences en 1843), les travaux de Sarrus ne lui auraient sans doute pas permis de passer à la postérité. C'est une règle simple pour calculer les déterminants 3×3, un moyen mnémotechnique qui ne s'étend pas aux dimensions supérieures, qui fait que son nom est encore connu des étudiants aujourd'hui!

Ces travaux finissent par être remarqué et, après un petit intermède à Perpignan, Sarrus est nommé en 1829 professeur de mathématiques à l'Université de Strasbourg. Il y fera le reste de sa carrière, occupant même le poste de doyen de 1839 à 1852. C’est là qu’il publie de nombreux articles et s’intéresse à la pédagogie des maths. Il participe aux premières revues . Suite à des problèmes de santé (une affection du larynx le prive par moments de l'usage de la parole), il prend sa retraite en 1858 et se retire dans le Midi, où il décède en 1861.

 

      La règle de Sarrus est une règle pour calculer un déterminant 3×3. Elle consiste à écrire les 3 colonnes du déterminant, puis à répéter les deux premières. Pour chacune des 6 diagonales qui apparaissent, on effectue le produit des termes qui y apparaissent, puis on ajoute ces quantités en les affublant d'un signe suivant le schéma suivant :

 

 

Les élèves de SECONDE 1                  

 

Pièces jointes

À télécharger

 / 1